Créer un Blog

Présentation

Profil

  • Michel Debray
  • Le blog de Michel Debray
  • Homme
  • 03/11/1945
  • photo les femmes le sexe littérature peinture
  • On peut emprunter des textes, des photos, mais au moins citer leur source. Merci.

Recherche

Syndication

  • Flux RSS des articles

Scènes

Mercredi 24 novembre 3 24 /11 /Nov 13:38

 

 

Par Michel Debray - Publié dans : Scènes - Communauté : Arts érotiques
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Samedi 1 mai 6 01 /05 /Mai 12:49

 

J'avais déjà apprécié le spectacle nightshade belladonne qui faisait le lien entre danse et strip-tease avec talent et sensibilité par une série de tableaux tour à tour drôles et émouvants

 

 

 

 Paquerettenightshade.jpg

 

 

Pâquerette  de François Chaignaud et de Cecilia Bengolea qui jouait déjà dans nightshade belladonne restera-t-elle dans les annales  ou plutôt dans les "anales" ? Ce spectacle date déjà de 2008

 

Pâquerette fait un clin d'oeil à un  écrit de Théophile Gautier.

 

Jérôme Delatour écrit : "Toute la pièce repose sur l'utilisation dans la danse de l'anus et de sa pénétration, à l'aide des doigts ou d'un godemichet. L'idée est nouvelle et ne manque pas d'intérêt. Cette intromission est source de sensations et de contraintes singulières pour le danseur, et de plaisirs et de douleurs d'ordre plus sexuel que l'exercice des autres parties du corps traditionnellement mises en jeu dans la danse.

...

Cette discrétion foncière oblige les deux interprètes à surjouer, à grands renforts de râles et de grimaces extatiques. Ceci est particulièrement vrai dans la première partie, conçue littéralement comme une lente introduction, où les danseurs assis se présentent couverts, parés et grimés comme de nouveaux époux, yeux délicatement révulsés, comme les mystiques du Grand Siècle. Du coup, la performance manque de naturel, flirte avec le bouffon, invitant le public à rire (ce qu'il fait de bon coeur).


Bref, Pâquerette laisse un sentiment d'artificiel et d'inabouti, d'exercice de style un peu vain. Certes, comment aller plus loin, développer un tel concept, le rendre plus perceptible ? Le mérite de la pièce reste sans doute d'ouvrir, par son esprit bon enfant (car elle ne donne pas dans la provocation ni dans l'agression gratuite), la voie à de nouvelles expériences, et d'introduire le sexe dans la danse de manière plus directe et décomplexée. A voir le public qui squattait le premier rang - encadrant un vieux couple bourgeois en mal de perversion, une brochette de voyeurs patibulaires - il reste beaucoup à faire dans ce domaine...


Malgré la déception, j'accorde donc sans regret à François Chaignaud et à Cecilia Bengolea le bénéfice de la candeur. Et je pardonne beaucoup à Cecilia Bengolea qui, dans une interview, déclare s'inspirer d'Isadora Duncan et de sa révolutionnaire liberté. Elle n'a pas tort."

 

 

 Paquerette.jpg

 

 

Paquerette1.jpg

 

 

Paquerette2.jpg

 

 

Paquerette4.jpg

 

 

Paquerette6.jpg

 

 

Paquerette7.jpg

 

 

PAQUERETTE_9448.jpg

 

 

PaqueretteA.jpg

 

 

PAQUERETTEB.jpg

 

 

 

PAQUERETTE_9.jpg

 

 

 

Par Michel Debray - Publié dans : Scènes - Communauté : Arts érotiques
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 30 juin 2 30 /06 /Juin 18:19

... dommage nous n'y serons pas (sauf si ch'temps y'sgadrouille in Piquérdie !)


Mais elle repassera par Paris à la renrtée prochaine.

 

 


Amooore ! Spot
par fillesentropiques


Par Michel Debray - Publié dans : Scènes - Communauté : Arts érotiques
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 29 juin 1 29 /06 /Juin 13:13



 

Virginie Nègre




Oiled nude ballet dancer
par bhgbjazz

Lizbeth Gruwez











Toufik_OI-danse_nue_Short
par jorlam






Irina Brookler


Le sacre du printemps







Par Michel Debray - Publié dans : Scènes - Communauté : Arts érotiques
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 16 juin 2 16 /06 /Juin 14:19

 

 

 

Par Michel Debray - Publié dans : Scènes - Communauté : Arts érotiques
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 15 juin 1 15 /06 /Juin 11:41




Q
ue de strip-teases, de nudité et même de jouets sexuels actuellement sur les plateaux de danse ! Une vague de fond érotique emporte les chorégraphes et les metteurs en scène. Symptômes d'une société qui se met à poil dans tous les sens du terme, ces spectacles décomplexés jouent la carte "performance et sexe" sans l'ombre d'une hésitation. Ils déplacent même les frontières de l'art vers les cabarets et les peep-shows, pour remettre le corps et ses désirs au centre du plateau.

 

 La figure populaire de ce mouvement s'appelle Philippe Decouflé, qui signe la nouvelle revue du Crazy Horse, à Paris : dix sexy girls à découvrir en septembre. Découflé est un habitué de l'érotisme, auteur du spectacle Coeurs croisés (2007) dans lequel on a pu découvrir des effeuilleuses pas piquées des hannetons.

Le Théâtre parisien de la Bastille accueille pour sa part, à partir du 15 juin, le Festival Trans, qui culminera le 23 juin avec la NuitTransErotic. "Je ne veux pas laisser l'éros au commerce, à la pub et au fric, s'énerve le metteur en scène Jean-Michel Rabeux, organisateur de la manifestation. On est envahis de pornographie avec des corps mécaniques, formatés, du sexe en plastique et du plaisir bidon. L'art doit s'occuper de l'éros. C'est même son devoir, sa responsabilité actuellement."

 

"ENCORE À POIL"

 

Jean-Michel Rabeux n'est pas né de la dernière pluie : le sexe et son secret sont au coeur de son travail théâtral depuis vingt-cinq ans. "Mais c'est le secret de tout le monde", corrige-t-il. Sans doute, mais le fait de le transformer en spectacle change la donne : en 1987, son Eloge de la pornographie lui a valu des insultes. Il a persisté et, aujourd'hui, il n'est plus seul dans cette veine. "Le sexe est dans l'air du temps, d'accord, mais il n'empêche qu'il faut se battre de plus en plus contre les interdits et la censure, assène-t-il avec virulence.

Un constat : à Paris, comme en province, actuellement, les programmateurs rencontrent apparemment peu de controverses. Au contraire : l'annonce de certains spectacles dénudés remplit parfois les salles.

Parmi les invités de son festival, la comédienne Céline Milliat-Baumgartner présente Striptease, qu'elle a imaginé avec la complicité de Cédric Orain. "Depuis 2001, j'ai l'impression que les metteurs en scène me demandent souvent de jouer à poil, et j'en ai un peu marre, s'exclame-t-elle. J'ai eu envie, du coup, de parler en mon nom et de poser la question : qu'est-ce qui excite tant dans un strip-tease, et jusqu'où ça excite ?"

Entre Foufoune Darling et Lili la Pudeur, l'actrice s'interroge aussi sur le métier qu'elle a choisi, son goût de l'exhibition, sa passion de "se compromettre sur scène avec joie". Quitte à ce que ses amis lui disent une fois de plus : " T'es encore à poil."

Cette tendance érotique et sexuelle est surtout portée par les danseurs et les chorégraphes. L'Américaine Ann Liv Young, les Français Alain Buffard, Yves-Noël Genod, Giselle Vienne, font régulièrement parler d'eux sur le sujet. François Chaignaud et Cecilia Bengolea se sont fait une réputation avec Pâquerette (2007). Ces danseurs, qui évoluent en duo, chacun avec un godemichet bien planté, donneront une performance fin juin dans les rues parisiennes avec le soutien de l'association Act Up.

Pâquerette ne se contente pas d'effeuiller la marguerite mais de "faire danser tous les orifices, dont l'anus", selon ses auteurs. "On a envie de trouver des intensités nouvelles, loin des normes et des codes, raconte François Chaignaud. Le plateau est un espace de liberté. Les questions du désir et du plaisir y sont chez elles."

Pornographique ? Absolument pas, selon François Chaignaud, qui définit la pornographie comme une "entreprise de duplication à l'infini, alors que le désir est unique". Passé par une formation de danseur tout ce qu'il y a de classique, il déclare se sentir proche, à sa façon, des "travailleurs du sexe engagés avec leur corps". Les danseuses de l'opéra, au XIXe siècle, étaient aussi des femmes légères, comme on dit, voire des prostituées occasionnelles, proies rêvées de riches messieurs qui les dévoraient du regard depuis le balcon.

La question de la morale est rejetée par les artistes. La fameuse formule, bien commode aussi, "l'art est au-delà de la morale" fleurit un peu partout. "Mais il y a des limites à la représentation de l'acte sexuel sur un plateau, nuance Alain Buffard, dont la nouvelle pièce, Self & Others, est en tournée en France. Il ne s'agit pas d'être dans la provocation, mais de suggérer en ouvrant l'imaginaire des spectateurs". Jean-Michel Rabeux affirme présenter du "hard, mais avec délicatesse, car le choc du vivant est toujours dangereux". La Nuit TransErotic est interdite aux moins de 18 ans.

 

Festival Trans.
Théâtre de la Bastille, 76, rue de la Roquette, Paris-11e. Jusqu'au 28 juin. De 10 € à 25 €.
Tél. : 01-43-57-42-14.

Self & Others, d'Alain Buffard.
Festival d'Uzès (Gard). 16 juin. 19 heures. Tél. : 04-66-03-15-39. De 10 € à 20 €.

Pâquerette, de François Chaignaud et Cecilia Bengolea, à la Malterie, 42, rue Kuhlmann, Lille (Nord). Le 19 juin à 21 heures. Tél. : 03-20-19-18-50. 5 €.

Rosita Boisseau

 


http://www.lemonde.fr:80/culture/article/2009/06/13/erotisme-sexe-et-strip-tease-s-invitent-sur-les-scenes-actuelles_1206508_3246.html
Par Michel Debray - Publié dans : Scènes - Communauté : Arts érotiques
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 14 avril 1 14 /04 /Avr 14:51
"Voltaire Follies" se joue en ce moment au Th. De l'Œuvre  (Rue de Clichy - Paris) : décapant, pessimiste mais drôle, excellemment interprété, Monsieur AROUET, l'exilé de Ferney eût apprécié.

Pas d'érotisme ici mais une critique acerbe et drôle par quatre comédiens excellents de la religion, des religions. Or celles-ci furent toujours contraignantes et exercèrent outre de sanglantes exactions et des crimes odieux contre le corps et l'esprit une censure qu'il ne faut jamais omettre de combattre.

On retrouvera les thèses voltairiennes dans l'indispensable Traité d'athéolgie de Michel Onfray.

Voltaire est toujours d'actualité. Cette pièce le prouve et redonne envie de lire l'un des philosophes du Siècles des Lumières.


Effet d'optique : Voltaire par Salvador Dali.

Par Michel Debray - Publié dans : Scènes - Communauté : Arts érotiques
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 10 avril 4 10 /04 /Avr 18:32

LE VAGIN

 


(Ce texte fait suite à une première parution de Blasons du corps féminin dans le PDLM en mai 1995 et aux textes parus ici dans BLASONS)

LES MONOLOGUES DU VAGIN ont été créés en France par la délicieuse Fanny Cottençon. Au début, ce titre faisait peur. Par la suite, cette suite de confidences de femmes de toutes conditions, âges et nationalités recueillies par une écrivaine américaine Eve Ensler, ont été « jouées » par de nombreuses actrices, souvent en groupe. C’est un spectacle qu’il faut avoir vu, en couple ou en trio. Très instructif pour les hommes.
Cependant, on y voit une ambiguïté linguistique. En effet, comment peut-on parler d’un « vagin poilu » ? C’est évidemment le pubis qui étymologiquement est pileux, comme le chêne pubescent… Le sexe féminin – pour mémoire - est constitué extérieurement du pubis (mont de Vénus) qui surplombe la fente bordée des grandes lèvres laquelle laisse voir selon les cas les nymphes (petites lèvres) qui s’ouvrent sur le vestibule de la vulve c’est-à-dire de l’entrée du vagin. Le clitoris situé en haut de la fente est un organe érectile et extrêmement innervé doté d’un capuchon. Sa partie interne peut aller jusqu’à 10 cm. A l'entrée de vagin débouche les canaux des glandes de Bartholin qui lubrifient la vulve tandis que les parois secrètent ensuite un exsudat plus laiteux. Au fond du vagin, on trouve le col de l’utérus. Mais, pour une connaissance quasi-exhaustive du sujet qui nous intéresse, je vous renvoie au classique « SEXE DE LA FEMME » de Gérard Zwang qui est une véritable somme, un ouvrage jusqu’à ce jour inégalé.

En vérité, dans cette circonstance théâtrale, le français, comme l’anglais sans doute, prend la partie pour le tout. C’est qu’il n’existe pas de mot générique, académique, officiel pour désigner le sexe féminin. Il n’y en a pas davantage pour parler du sexe masculin. Mais il existe des centaines et peut-être des milliers de mots du vocabulaire argotique (et ce dans toutes les langues indo-européennes) relatifs à cet « obscur objet du désir ».
Le vieux français a plus ou moins officialisé le mot « con » de «connil» : lapin qui a devancé notre moderne « chatte » ou «minou». Ces vocables désignent le sexe dans son entier mais on voit bien qu’ils renvoient à la pilosité animale. Les Italiens et les Espagnols parlent volontiers de la « figue », à cause de l’aspect fendu, comme nous-mêmes avec « l’abricot ».
Les Monologues auraient eu en vérité beaucoup moins d’impact s’il s’était agi des monologues du sexe féminin, des monologues de la chatte (sur un toit brûlant ?) ou des monologues du con.
Le mot « con » étant devenu une insulte, il est clair que son usage eût mal orienté les éventuels spectateurs. Ce mot de trois lettres, dans son acception érotique, est désormais réservé aux amateurs d’une langue crue riche et de qualité : « Elle avait un petit con soyeux qui m’allait comme un gant. » - Henry Miller – Sexus.
Georges Brassens a déploré dans une très belle chanson que ce mot choisi pour désigner le morceau de roi de l’anatomie féminine soit devenu celui qui marque l’imbécillité d’une grande majorité de la population. Nous le regretterons avec lui.

"Mon vagin, mon village
Mon vagin était une fraîche prairie vert et rose. Les vaches paissaient, mon fiancé me caressait tendrement avec un fétu de paille blonde.
Il y a quelque chose entre mes jambes. Je ne sais pas ce que c'est. Je ne sais pas où c'est. Je ne veux pas y toucher. Plus maintenant. Plus depuis. Plus jamais.
Mon vagin était bavard, il ne pouvait attendre, il en disait, il en disait.
Depuis que je rêve qu'il y a un animal crevé cousu entre mes jambes avec du fil noir, il ne parle plus. Et l'odeur horrible de l'animal mort m'envahit. Et sa gorge tranchée saigne et tache mes robes d'été.
Mon vagin connaissait toutes les chansons de femmes, toutes les chansons paysannes, toutes les chansons des forêts d'automne, toutes les chansons du pays.
Depuis que les soldats y ont glissé le canon de leur fusil, il ne chante plus. L'acier était si froid qu'il m'a glacé le coeur. Vont-ils tirer, vont-ils l'enfoncer jusqu'à mon cerveau qui se tord de peur ? Je ne sais pas. Six d'entre eux, monstres affreux encagoulés de noir, m'enfoncent des bouteilles aussi et des matraques et un balai.
Mon vagin était l'eau d'une rivière où il faisait bon se baigner, eau claire, courant sur les pierres inondées de soleil, sur la pierre de mon clitoris, encore et encore.
Depuis que j'ai entendu la chair se déchirer avec un bruit strident, la rivière ne coule plus. Plus depuis qu'un morceau de mon vagin, un morceau de ma lèvre est resté dans ma main.
Mon vagin. Village vivant, doux et chaud. Mon vagin, là où je suis née.
Depuis que, pendant sept jours, ils m'ont chacun à leur tour, puant la merde et la pourriture, inondée de leur sperme immonde, je n'y habite plus. Je suis devenue une rivière charriant le pus et les poisons et toutes les récoltes sont mortes et tous les poissons.
Mon vagin, village vivant, doux et chaud.
Ils t'ont envahi. Massacré.
Incendié.
Je ne peux plus te toucher.
Je ne peux plus venir te voir.
J'habite ailleurs à présent.
Ailleurs. Mais je ne sais pas où c'est."

- Extrait des Monologues du Vagin -

Photo : Blowup
Paru sur Lez Zone :link


Par Michel Debray - Publié dans : Scènes - Communauté : Arts érotiques
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Calendrier

Octobre 2017
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
<< < > >>

Images Aléatoires

  • MULHOUSE 089
  • Ronde16
  • ExcitationNat4
  • EXHIBEZ (26)
  • 30194 20100918 150835 8 123 76lo
  • l-chet-ton2.jpg
  • MBV12
  • APX (33)
  • sexe.jpg
  • MC125
  • APF8.jpg
  • tatouage2.jpg
  • obscurobjet
  • Martine9-copie-1.jpg
  • andres29.jpg
  • Balthus1.jpg
  • CarlosLEON4
  • Lexo3
  • FenETRENAT--2-.jpg
  • lavage-auto-016.jpg

Catégories

Derniers Commentaires

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés