Créer un Blog

Présentation

Profil

  • Michel Debray
  • Le blog de Michel Debray
  • Homme
  • 03/11/1945
  • photo les femmes le sexe littérature peinture
  • On peut emprunter des textes, des photos, mais au moins citer leur source. Merci.

Recherche

Syndication

  • Flux RSS des articles
Jeudi 4 septembre 4 04 /09 /Sep 14:26



J'ai eu l'occasion de voir hier la co-production franco-britannico-autrichienne KLIMT de Raoul Ruiz avec John Malkovich dans le rôle titre. Cet acteur possède en gros trois expressions à son répertoire à l'instar de nombreux comédiens anglo-saxons du reste. Harrison Ford est le mètre-étalon de l'inexpressivité du genre palourde.

La biographie de l'artiste viennois est "onirique" autant dire qu'on n'apprend rien de sérieux sur sa vie et son oeuvre. Le film est ampoulé, lent et confus.

Les peintres sont souvent malmenés au cinéma. On peut faire un sort particulier à La vie passionnée de Vincent Van Gogh de Minelli qui joue à fond le romantisme de l'artiste maudit. Le Van Gogh de Pialat est un film pro domo où l'ex-peintre Pialat règle ses comptes et parle par la bouche de Dutronc.

Edvar Munch et Lautrec mis à part, on voit souvent dans les films qui sont consacrés à des artistes des énormités psychologiques et biographiques tout à fait insupportables. La Femme à la perle, consacré à Vermeer est une belle et pure supputation où l'on appréciera la photographie.

Après un Modigliani joué magnifiquement par Gérard Philipe dans Montparnasse 19 de Jacques Becker, on a pu assister à deux remakes. L'un français avec Richard Berry, sans grand intérêt et un autre, américain qui montre l'opposition supposée entre le "gentil" Modi et l'affreux et communiste Picasso. Une véritable daube.

J'attends avec impatience de voir l'enquête "policière" sur La ronde de nuit peinte par Rembrandt, réalisée par Peter Greeneway, sans doute le cinéaste le plus pictural que je connaisse.

J'y reviendrai de façon plus précise.

Voici ce qu'écrit le Monde des Arts au sujet de Gustav Klimt

"Au cours de l'année 1900, lors de la septieme exposition de la "Sécession", Klimt présente sa toile intitulée " La Philosophie", qui est la première des trois toiles préparatoires avec "La Médecine " et "La Jurisprudence " qui lui avaient été commandées en 1896 pour illustrer les voûtes du plafond de l'Aula Magna, le hall d'accueil de l'Université de Vienne. Il choisit de représenter la philosophie sous la forme d'une sphinge aux contours flous, la tête perdue dans les étoiles, tandis qu'autour d'elle se déroule tous les cycles de la vie, de la naissance à la vieillesse, en passant par les étreintes de l'amour. A gauche, à l'avant plan, la "connaissance" revêt les traits d'une femme fatale fixant de ses yeux froids et sombres le spectateur. Cette toile fait l'objet d'une critique sévère des autorités universitaires qui s'attendaient à une représentation classique du sujet et qui considèrent alors cette allégorie comme une provocation au libertinage et une atteinte aux bonnes moeurs. La critique violente de la presse accuse Klimt d'outrager l'enseignement et de vouloir pervertir la jeunesse . On lui reproche ses peintures trop érotiques, et on s'interroge sur sa santé mentale et sur ses crises de dépression. " Il est trapu, écrit-on,un peu lourd, athlétique... pour allonger son visage sans doute, il porte les cheveux en arrière et rejetés très haut au dessus des tempes. C'est le seul signe qui pourrait faire penser que cet homme est un artiste""



"Peintre dénigré pendant plus d'une dizaine d'années de sa vie, l'oeuvre de Klimt aura été en permanence l'expression d'une référence à l'histoire de la peinture, à  Moreau, Klinger, Hodler, Böcklin, Monet, Seurat, Matisse, ou Rodin, dans ses compositions extrêmement personnelles et originales faites de théatralité, d'antinomies, d'hétérogénéité, tant du point de vue pictural et décoratif, que du point de vue des couleurs. Son oeuvre faite  d'oppositions entre la figuration et l'abstraction, entre allégories et paysages, entre, stylisation et naturalisme, entre hédonisme et scepticisme, entre impressionisme et symbolisme, lui confère une place très particulière dans l' histoire de l'art. Il semble avoir été le génial et prémonitoire précurseur de la crise générale des principes, des valeurs, des idées et du langage artistique qui fût caractéristique du XXème siècle."











Ce qui fait l'érotisme de la peinture de Klimt, ce ne sont pas les corps, mais l'écrin rouge et or, incroyablement chromatique dans lequel l'artiste les enchâsse. Cet écrin, ce décor évoquent le luxe, la volupté et une façon de hiératisme dans la luxure.

On aimerait que les clubs libertins ressemblent à des tableaux de Klimt...

Par Michel Debray - Publié dans : Couleurs - Communauté : Arts érotiques
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Calendrier

Août 2017
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Images Aléatoires

  • APPBotero
  • aisselles1
  • 011 La-meche
  • LunettesAB
  • 20101209-157980-0
  • NORVEGEDORLA.jpg
  • AlexeyNikishin (24)
  • Excitation CApucine
  • Ramon.Lombarte3.jpg
  • Cornemuse2.jpg
  • OKS12
  • brunoDiMaio22.jpg
  • odmfemmasc.jpg
  • AndyCraddock1.jpg
  • Pipe6
  • sombraysol93.jpg
  • LBrooks (15)
  • chaise001

Catégories

Derniers Commentaires

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés